28 juin 1914 : L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand

Le 29 juin 1914, l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois, fait la une des journaux.

Attentat-SarajevoSource : Gallica

Le 28 juin 1914, François-Ferdinand et son épouse Sophie sont en visite à Sarajevo. Après avoir échappé à un attentat à la bombe, le couple succombe aux tirs d’un jeune activiste serbe.

Nul ne semble alors se douter qu’en pressant la détente Gavrilo Princip vient d’enclencher le sinistre engrenage qui mènera l’Europe à la guerre. Le journal l’Aurore titre d’ailleurs presque plus « Pour la révision immédiate de la loi des trois ans » (loi votée en 1913 qui avait fait passer la durée du service militaire de deux à trois ans, preuve des tensions latentes) que sur « Le meurtre de Sarajevo« .

Alors que l’Europe tout entière, qui s’attendait plus au décès du vieil empereur, François-Ferdinand, qu’à celui de son neveu, se répand en condoléances, le Figaro demande au ministre de Serbie en France si cet attentat pourrait affecter les relations de la Serbie avec l’Autriche. Le ministre fait la réponse suivante : « Pourquoi donc les affecterait-il ? On ne peut, en toute justice, rendre un pays responsable d’un acte commis par quelques individus isolés se trouvant sous l’empire de la plus furieuse exaltation. »

Le ministre ne fait cependant pas preuve d’un optimisme démesuré, car il poursuit : « Au cas où une partie de l’opinion publique autrichienne essaierait  d’entraîner dans ce sens son gouvernement, nous avons l’espérance que celui-ci saura résister à de pareils efforts. » Un vœu pieux, nous le savons aujourd’hui, mais à l’époque, le ministre croyait-il vraiment à ses propos ?

Car oui, comment réagira l’Autriche ? Comment réagira l’empereur, déjà marqué par de nombreux drames ? Son frère a été fusillé en 1867 par les Mexicains, son fils assassiné en 1889, sa femme, l’impératrice Sissi, assassinée en 1898, et c’est maintenant son neveu qu’il voit partir avant lui, dans un nouvel attentat. « Sur cette terre, rien ne m’aura été épargné », aurait-il déclaré en apprenant la nouvelle. Que fera-t-il ? Et surtout quelles seront les pressions exercées sur lui ?

Un empereur âgé, un héritier jeune et inexpérimenté, une paix fragile dans les Balkans… Certains journaux commencent à se poser la question d’une guerre, mais ne semblent pas encore envisager qu’elle puisse sortir des Balkans. Cette guerre entre l’Autriche et la Serbie, un journal autrichien, le Reichspost, l’appelle d’ailleurs de ses vœux, ainsi que le rapporte le Petit Parisien : « Maintenant, nous devons faire payer l’assassinat de l’archiduc à ceux qui l’ont machiné. L’armée est impatiente, elle acceptera un dernier délai, mais à condition qu’il soit court ».

La volonté de régler définitivement son compte à la Serbie sera plus forte que les appels à la paix. Il faudra tout de même attendre quelques semaines, un mois tout rond, le 28 juillet 1914, pour que l’Autriche déclare la guerre à la Serbie, et que le jeu des alliances n’entraîne l’Europe et le monde dans la guerre.

Publicités
Cet article a été publié dans Il y a cent ans : la première guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 28 juin 1914 : L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand

  1. Ping : 14 juillet 1914 : Une fête nationale en trompe-l’oeil | Canopée

  2. Ping : 23 octobre 1914 : Eugène est prisonnier (1) | Canopée

  3. Ping : 6 mois ! | Canopée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s