Pourquoi ?

Tout a commencé à l’école primaire, lorsque l’on nous a demandé de réaliser notre arbre généalogique. C’est à cette occasion que j’ai découvert les travaux réalisés par ma tante. Un petit fascicule relié, comprenant arbres, actes de mariage et photographies. Parmi tous les noms que je découvrais, l’un d’entre eux a plus particulièrement retenu mon attention. Ce nom, c’était celui de mon arrière arrière arrière grand-mère par les femmes. Tout simplement parce que c’était la seule de mes ancêtres à porter le même prénom que moi. Et peut-être aussi à cause de la photographie, de ce regard sévère et pénétrant.

Pauline GruntzPauline Gruntz (1853-1930)
vers 1898

A l’époque, je ne posais pas encore trop de questions. J’ignorais que « la » Pauline Gruntz n’avait pas eu une vie facile. J’ignorais que c’était la plus vieille de mes ancêtres dont les vivants étaient capables de me parler, un peu, même s’ils ne gardaient pas de souvenirs personnels de cette femme. A l’époque, j’avais huit ans. Dix-huit années se sont écoulées depuis. Mon intérêt pour la généalogie ne m’a jamais quittée.

Il ne m’a jamais quittée, mais il est resté longtemps en sommeil. J’étais à l’université lorsque j’ai fait mes premières incursions sur le site Geneanet. Je notais ce qui m’intéressait, en me disant qu’un jour je me rendrais aux archives les plus proches, à quelques dizaines de kilomètres de là.

Je n’en ai pas eu besoin : ce sont les archives qui sont venues à moi. La mise en ligne des archives des Vosges a donné le coup d’envoi de mes propres recherches. Puis j’ai découvert que d’autres archives étaient déjà en ligne, que d’autres encore le seraient prochainement. Les archives du Haut-Rhin, du Bas-Rhin, de la Haute-Saône, de l’Yonne et de la Nièvre sont venues grossir la liste de mes favoris. Depuis Paris, j’ai poursuivi les recherches effectuées par ma tante, je les ai enrichies d’ancêtres, de fratries, de cousins, profitant du formidable accélérateur qu’est Internet. J’avais définitivement mis le doigt dans l’engrenage.

Arrivant, pour de nombreuses branches, au bout des ressources de l’état civil, piétinant dans les autres, je me suis mise à noter scrupuleusement les actes étranges que je rencontrais, et à effectuer des relevés dans les communes où mes ancêtres étaient présents depuis des générations. La généalogie est un virus dont il est difficile de se défaire. Un virus qui aimerait désormais franchir les Alpes pour s’intéresser à l’Italie, à ma branche paternelle qui ne va pour l’heure pas plus loin que mes arrière grands-parents.

Cela fait aujourd’hui plus de quatre ans que j’écume les sites des archives. Que j’accumule les noms, les lieux, les dates et les professions. A partir de ce patchwork se dessine lentement les vies de mes ancêtres. Je ne dispose malheureusement d’aucun document familial pour leur donner corps. Quelques photographies, voilà tout. Mais j’essaye de retrouver cette mémoire, de faire apparaître en filigrane ce qu’a pu être leur existence. Ils sont nos racines, quoique nous les représentions comme une multitude de branches, une multitude de feuilles, une canopée qui se tend vers le ciel.

J’aimerais aujourd’hui partager cette passion, partager les découvertes que j’ai pu faire ces dernières années. Passionnée de généalogie, je suis aussi amoureuse de l’écriture. Pourquoi ne pas allier les deux ? Nous sommes le dimanche 29 juin 2014, c’est parti.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pourquoi ?

  1. Ping : 100 mots pour une vie : Marie Anne Bisch | Canopée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s