Un sacré coup de bêche !

2275 résultats ?!? Arghh ! Une chaise ! Ah, zut, je suis déjà assise. Bon, un lit alors. Comment ? Je suis assise sur mon lit ? C’est vraiment pas de chance…

Voilà, à quelques exagérations près, l’état dans lequel j’étais en découvrant les résultats de ma recherche Geneanet, menée sur la Bourgogne pour la période 1730-1765, dans une énième tentative pour remonter la piste de mes $§&*£ (tsst… pas bien…) d’ancêtres, Lazare Be(s)che et Jeanne Due/cro.

Souvenez-vous. C’était il y a un peu plus d’un mois  (l’article est par ici). Nous en étions resté à Lazare Besche : 2, Canopée : 0. Mais aujourd’hui, alors que ce boulet me traînait à la patte depuis des années, et malgré cette introduction peu engageante, il semblerait bien que le score soit en train de s’inverser. Le Généathème donne des ailes. Lazare Besche, Canopée, match retour !

ScoreLe score au début du mois de janvier.
Blasons issus de Geneawiki.

En guise de préambule, et pour ne pas perdre tout le monde au bout de deux lignes, un rapide résumé (ceux qui ont bonne mémoire peuvent filer cinq paragraphes plus bas).

Au commencement, donc, il y a Lazare Be(s)che, Jeanne Ducro (ou Duero), et leurs deux enfants : Léonarde (ou Marthe), mon ancêtre, et son frère Lazare, potentiel témoin lors du procès de l’attentat de la rue Saint-Nicaise, qui faillit coûter la vie à Napoléon la veille de Noël 1800.

Un couple de journaliers qui me résiste depuis la mise en ligne des archives de l’Yonne, et sur lequel je n’ai que très peu d’indices. Un mariage avant 1757 ou environ, année de naissance théorique de mon ancêtre. C’est tout. Je ne sais pas où est décédé Lazare, et l’acte de sépulture de Jeanne à Perrigny, près d’Auxerre, en 1782, ne mentionne pas son âge. Bref, une ignorance d’une ampleur phénoménale.

Une conviction forte cependant : la famille est originaire du Morvan. Une conviction qui tient à deux prénoms : des Lazare et des Léonarde, je n’en ai jamais croisé que là-bas. Mais j’avais épuisé la piste des Be(s)che dans la région, sans résultat, ou presque (j’y reviendrai).

J’avais également suivi la piste des Ducro (Ducros, Ducrot, Ducraut, Duero, et même pourquoi pas Duhérault, sait-on jamais) dans les très grandes lignes sur Geneanet, sans succès. Effrayée par l’ampleur des résultats, je n’ai pas creusé plus loin. Le mois dernier, au moment de lancer ma bouteille à la mer, j’en étais là.

Jeanne Ducro
Anne ou Jeanne ? Ducro ou Duero ?

Le déclic a été cet article, publié par Le chemin de mes Aïeux, un article qui n’avait à première vue pas grand chose à voir avec mon affaire : « Faut-il mettre sa généalogie en ligne ? ». Sauf que… Parmi les raisons avec lesquelles j’adhérais depuis longtemps, il y avait tous ces blocages que nous pouvons rencontrer. Cela m’a trotté dans la tête. Cela ne m’a pas lâché. Si bien que quelques jours plus tard… « Ce n’est pas possible, il faut que je réessaye ! »

J’ai donc décidé de me la jouer Mission impossible. Votre mission si vous l’acceptez : corvée de patate : éplucher l’intégralité des résultats des Ducrot et Ducros pour Geneanet dans le Morvan. Pour ne pas vous faciliter la tâche, sachez que le Morvan a la fâcheuse idée d’être à cheval sur l’intégralité des départements bourguignons. Et pour être sûr que vous allez bien galérer, vous ne disposez pas de la version Premium de Geneanet… vous avez 24h !

J’ai commencé par l’orthographe la plus fréquente. Ducrot. Et c’est là que : 2275 ?!? Arghh ! J’ai donc limité mes résultats à la Nièvre, qui me semblait être le département le plus probable. Me voilà donc avec 324 résultats, un nombre qui reste « raisonnable ».

Geneanet
Bourgogne à gauche, Nièvre à droite.
Les chiffres ont un peu bougé depuis.

Vous savez quoi ? Il ne m’a pas fallu cinq minutes. Je n’ai même pas eu besoin de faire une page. La réponse était là, dès le onzième résultat. (Hésite entre sauter de joie et se cogner la tête contre les murs pour ne pas l’avoir fait AVANT).

Le 30 avril 1754, à Chougny, Lazare Devoucoux-Bische (oui, bon, ce n’est pas Besche, mais presque) épouse Jeanne Ducrot. Mon cœur fait un bon. Un deuxième en allant vérifier dans le registre, car je ne trouvais pas l’acte, qui était en fait mal placé. Un troisième quand je m’aperçois que le nom est en fait orthographié Devoucoux-Besche.

DEVOUCOUX-BESCHE Lazare 1754 M DUCROT (Chougny)
Acte de mariage de Lazare Devoucoux-Besche et Jeanne Ducrot

Devoucoux-Besche (ou Bische)… tiens donc ! Je n’ai même pas besoin de lire l’acte pour savoir d’où mon énergumène est originaire, je connais déjà la réponse : Arleuf. Il est originaire d’Arleuf. Comme je le soupçonnais depuis six mois maintenant. Le seul endroit de la Nièvre où j’étais parvenue à débusquer des Lazare portant un nom ressemblant à celui de Besche : les Pasquelin-Bische (aussi orthographié Pasquelin-Besche).

Arleuf, dont je n’avais pas consulté les registres. Je me souviens très bien du « Ah quoi bon ? ». Oui, à quoi bon consulter les registres, lorsque ceux-ci ont été dépouillés, que les informations ont été rentrées dans une base de données, et qu’il suffit de taper un nom pour vérifier si un enfant du couple n’y aurait pas été baptisé ? Ah quoi bon ? Sauf quand, comme je commençais pourtant à m’en douter, je ne disposais pas du bon nom de famille !

Arleuf
Arleuf et ses environs. En rouge le village de Voucoux, en bleu celui des Pasquelins.

Car si j’avais consulté les registres, comme je l’aurais dû, j’aurais pu découvrir deux actes de baptêmes, celui de Lazare Devoucoux en 1764 (soit), et surtout celui de Marie Devoucoux-Besche en 1760 ! (Retourne se frapper la tête contre un mur en hurlant « Méchant Dobby ! »*).

* Pour ceux qui se poseraient des questions quant à ma santé mentale, Dobby descend d’une longue lignée d’elfes de maison, et a une fâcheuse tendance à essayer de s’assommer quand il fait une bêtise. Voilà, je pense que maintenant, vous n’avez plus aucun doute 🙂 Harry Potter, pour ceux qui s’inquiéteraient vraiment.

Bon, tout ça est bien gentil, me direz vous, mais le fait que j’ai enfin trouvé (cent kilomètres plus loin) un couple pouvant correspondre, ça ne prouve rien. Où est donc passé l’acte de baptême de Léonarde (Marthe) Besche vers 1757, hein ? Ce à quoi je vous répondrai… que c’est une excellente question !

A l’heure actuelle, en plus de Marie et Lazare, je n’ai découvert qu’un troisième enfant, Pierrette, née en 1758 à Château-Chinon, et dont la marraine s’appelle… Léonarde. De là à dire que Pierrette est en fait ma Léonarde Marthe Besche, il n’y a qu’un pas, que je me refuse à franchir. Mais connaissant mes Bourguignons, je sais que la chose est possible. J’ai bien parmi mes ancêtres un Hubert qui s’appelle en réalité Jean Blaise, un Guillaume qui se prénomme Edme, et j’ai aussi découvert un Joseph s’appelant Germain, alors…

Devoucoux-Besche Pierrette 1758 N (Château-Chinon)Acte de baptême de Pierrette Devoucoux-Besche en 1758 à Château-Chinon.
La confusion est déjà présente pour le patronyme.

Si Lazare Devoucoux-Besche et Jeanne Ducrot sont bien mes ancêtres, un monde nouveau s’ouvre à moi : une nouvelle région, et des noms des plus… intéressants, car la mère de Jeanne porte le doux nom de Mouillefert, et celle de Lazare celui merveilleux de Bouffechoux.

Ainsi s’achève… Ah, j’entends qu’on chuchote derrière son écran… Et le Lazare Bèche de la rue Saint-Nicaise alors ? Est-ce le même que le Lazare Besche né à Arleuf en 1764 ? Malheureusement, je l’ignore, mais vous vous rappellerez peut-être (enfin… non, sans doute pas, ou alors vous avez une mémoire exceptionnelle !) que le Lazare Bèche de la rue Saint-Nicaise, ancien domestique de l’évêque d’Auxerre, est censé être né en… 1764 ! Coïncidence, diront les sceptiques, et ils auront raison. Mais je serais presque prête à parier que c’est le même !

Verdict ? Lazare Besche : 1, Canopée : 2 (oui, comme je suis aussi l’arbitre, je m’accorde quelques points 😉 ). A bientôt j’espère, pour la belle !


A l’heure actuelle, mes recherches ne font que (re)commencer. Toutes vos suggestions, tous vos avis sont les bienvenus.
Merci au Chemin de mes Aïeux : j’approuve totalement, mettre sa généalogie en ligne est le seul moyen de débloquer des problèmes comme le mien. Et merci aux personnes ayant publié l’information qui m’intéressait !

Publicités
Cet article, publié dans Enigme généalogique, Généathème, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Un sacré coup de bêche !

  1. A quoi bon vous redire que votre style inimitablement drôle et vivant et la passion dont témoignent vos billets de blog sont un régal pour vos lecteurs ? Bravo pour ce succès dû à votre tenace intuition.

    Rémi

    Aimé par 2 people

  2. Pauline dit :

    Merci Rémi ! Certains prénoms sont tellement marqués localement qu’ils peuvent être de sacrés indices. La « chasse » continue. Prochaine étape : à la recherche de l’acte perdu. Où est née Léonarde ? Où est décédé Lazare ? Je sens que j’ai encore de quoi m’amuser 🙂 !

    J'aime

  3. Elisa dit :

    Excellent ! Je me suis régalée à lire ton article ! Et Dobby est aussi mon « ami » 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : L’attentat de la rue Saint-Nicaise | Canopée

  5. venarbol dit :

    Je ne découvre ces articles sur les Be(s)che qu’aujourd’hui, grâce à Elise (http://www.aupresdenosracines.com), mais je comprends qu’ils figurent dans son palmarès : c’est un vrai plaisir à lire ! Bravo pour votre persévérance et votre esprit de déduction

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s