S comme Salière

Victor SalièreS-Victor-Salière

Le petit Victor a été retrouvé à la porte de l’hospice le 27 juin 1820. Le nouveau-né avait dans ses vêtements le billet suivant : « Je désire que cet enfant se nomme Victor. Il est baptisé« . L’officier d’état civil y ajoutera le nom de Salière.

On ne peut s’empêcher de remarquer que l’acte de naissance juste au-dessus de celui de Victor Salière concerne un autre petit Victor, né un jour avant la découverte de Victor Salière. Un enfant naturel, fils d’une « ouvrière en coton » native de Troyes, Adélaïde Boiron, vingt-cinq ans, laquelle a accouché chez la sage-femme. Coïncidence troublante…

Victor Boiron et Victor Salière seraient-ils une seule et même personne ?

Victoire Scholastique

Voilà les « effets » de la fillette nouvellement née trouvée le 22 février 1820 à la porte de l’hospice de Joigny : un béguin en toile à raies rouges et blanches garni en dentelle blanche, un bonnet en coton à fond rouge et à raies bleues, une chemise, une brassière de laine blanche, deux mouchoirs dont l’un de coton de plusieurs couleurs et l’autre de gaze blanche, deux langes, l’un en toile blanche et l’autre en laine à raies blanches et brunes, et un drapeau. Elle avait avec elle un billet extrêmement bien rédigé, et qui insiste fortement sur le fait que l’enfant est déjà baptisé :

« Cet enfant a reçu le Saint-Baptême et a eu le nom de Victoire Scholastique ; que l’on n’ait aucun doute sur le baptême. »

Thérèse Saint-Romain

Le bébé retrouvé cette nuit-là, 26 septembre 1816 à dix heures du soir, semble avoir souffert. L’officier d’état civil signale notamment comme « marque distinctive » une cicatrice à la lèvre supérieure. Et pour les vêtements, c’est un florilège de mauvaises surprises : « mauvais bonnet d’indienne« , « mauvais fichu« , « très mauvais lange de toile« . La brassière de coton doit être de meilleure qualité, car rien n’est indiqué à ce sujet.

S-Thérèse-Saint-RomainAD-89, Joigny, N 1814-1816, vue 125

Aucun billet n’est signalé, mais l’officier d’état civil fait preuve d’une très étrange omniscience : il indique « paraissant avoir vingt-six jours« . Si vous parvenez à distinguer un bébé de vingt-six jours d’un bébé de vingt-cinq ou de vingt-sept jours, je veux bien connaître votre secret.

Virginie RiboulotEt puis il y a le nom. Thérèse Saint-Romain. Sachant qu’à moins de quinze kilomètres de là se trouve la commune de Saint-Romain-le-Preux… L’officier d’état civil en dirait-il moins que ce qu’il savait réellement ? Je suis allée faire un tour à Saint-Romain. Aucune naissance d’une petite Thérèse à la date du 31 août ou du 1er septembre. Aucune naissance tout court à ces dates-là d’ailleurs.

Il y a bien la naissance de la petite Virginie Riboulot, enfant naturel reconnu par le père, le 26 août 1816, mais on en retrouve sans difficulté la trace sur Geneanet, et aucun acte de reconnaissance n’est indiqué en marge de l’acte de « naissance » de Thérèse Saint-Romain.

Alors, quelle est la clé de ce mystère ? L’officier d’état civil s’arrangeait en fait pour faire naître fictivement les enfants le dernier (ou le premier) jour du mois !

Et aussi : Célinie Safran, Julien Saison, Procope Salière, Auguste Scipion, Julienne Sébastienne, Hippolyte Seguin, Rose Serge, Placide Serge, Isidore Sergier, Dominique Sivadille, Narcisse Soleil, Agnès Sorel, Justin Souffletade, Marceline Sylvestre.

Publicités
Cet article a été publié dans Challenge AZ, Enfants des hospices. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour S comme Salière

  1. fobrice dit :

    Effectivement la coïncidence des 2 Victor est troublante. As-tu déjà rencontré d’autres coïncidences du même genre?
    D’ailleurs, pour l’enfant suivant « que l’on n’ait aucun doute sur le baptême » ça voudrait dire qu’on peut retrouver l’acte de baptême quelque part non?

    Fabrice

    Aimé par 1 personne

    • Pauline dit :

      Non, c’est la seule. Et concernant Victoire Scholastique : oui, il devrait être possible de retrouver l’acte de baptême (aux archives du diocèse je suppose). Etant donné que le bébé est dit « nouveau-né », elle ne devrait pas avoir été baptisée dans une paroisse trop éloignée de Joigny.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s