Décembre 1915 – janvier 1916 : Les fêtes à la Forain

La Forain… lorsque j’ai lu ce nom sur le JMO du 120e BCP, j’ai été submergée par les souvenirs, et par cette émotion étrange de ne pas avoir su.


19 décembre 1915. Depuis Pajaille, sur la commune d’Etival-Clairefontaine, une longue colonne d’hommes se met en marche. Il fait nuit noire, et pour cause, il est 3 heures du matin. Une heure parfaite pour une promenade d’une douzaine de kilomètres, dans les Vosges en plein mois de décembre…

Une promenade qui mènera les hommes du 120ème BCP, dont faisait partie mon arrière grand-père Maurice Pernet, à la Forain, un hameau perdu dans les hauteurs au-dessus de la petite ville de Senones. Ils doivent y travailler à l’amélioration du secteur : approfondissement et assèchement des tranchées (les caillebotis fabriqués se comptent par milliers), perfectionnement des abris, création de nouveaux postes d’observation, débroussaillement…

Le lendemain de leur arrivée, Maurice Pernet aura vingt ans. Mobilisé depuis un an déjà, il « fêtera » son anniversaire alors que quelques obus tombent sur la Forain, heureusement sans faire de dégât, des obus comme il en pleuvait tous les jours sur ce coin perdu des Vosges en ce temps-là.

120 Court Noël 1915Extrait du journal de tranchée Le 120 Court – Numéro de Noël 1915
Source : Bibliothèque municipale de Lyon

Il y passera Noël sous les bombes. La fête tourne au duel d’artillerie entre les deux camps. Le 25 décembre, de 11h45 à 13h30, les Allemands bombardent la Forain. En représailles, les Français pilonnent les positions allemandes : trois maisons sont en feu, et l’artillerie continue de se faire entendre, afin d’empêcher « les Boches » d’éteindre l’incendie. Côté français, en ce jour de Noël 1915, on déplore deux blessés, l’un « léger« , l’autre « mortellement » touché.

31 décembre, 10h30. Un avion allemand survole les lignes françaises. Les tirs d’artillerie l’obligent à faire demi-tour. Dans les heures qui suivent, il pleut littéralement des obus, ou plutôt des « marmites », comme les appellent les Poilus. Environ deux cents projectiles tombent sur le secteur (en un peu moins de quatre heures), causant des dégâts matériels importants, mais miraculeusement aucune perte humaine.

120 Court 10-01-1916 Menu du Nouvel anLe menu du Nouvel an vu par le 120 Court – 10 janvier 1915
Source : Bibliothèque municipale de Lyon

1er janvier 1916. Un jour comme les autres à la Forain. On fête la nouvelle année par un énième duel d’artillerie. Dans la nuit déjà, la rencontre impromptue entre une patrouille française et une patrouille allemande avait donné lieu à un échange de coup de fusils.

Le 6 janvier, le brouillard apporte un peu de répit aux hommes fatigués par les bombardements, et le 8, c’est l’enthousiasme : un travailleur allemand monté sur le parapet d’une tranchée vient d’être repéré, deux soldats français réagissent aussitôt et lui tirent dessus, et « le Boche tombe à la renverse dans la tranchée« .

120 Court 10-01-1916 Souhaits du Nouvel anLes vœux du 120 Court – 10 janvier 1915
Source : Bibliothèque municipale de Lyon

Le 9, le 120e BCP déplore son deuxième mort depuis son arrivée à la Forain. Un troisième homme décédera le 13 janvier, jour de la relève.


Quatre-vingts ans plus tard, quelques poussières en plus, quelques poussières en moins, par une belle journée de printemps, ou peut-être d’été. Une famille se balade aux alentours de la Forain. Au sein du groupe, une petite fille d’environ sept ans s’étonne de l’aspect étrange de la végétation. Sa mère et sa tante lui répondront que ce sont des traces de la guerre, sans se douter une seule seconde qu’un jour leur grand-père y avait passé, comme dans un miroir déformé par le souffle des bombes, son anniversaire, Noël et Nouvel an. Si les adultes ne se souviennent aujourd’hui plus de cette conversation, la petite fille, elle, ne l’a jamais oubliée. C’était il y a environ vingt ans, et c’était la première fois que j’entendais parler de la guerre.


Précédent : Novembre-décembre 1915 : « Chambre à gaz ».
Suivant : Janvier-février 1916 : Dans le brouillard de Wisembach.

Publicités
Cet article a été publié dans Il y a cent ans : la première guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Décembre 1915 – janvier 1916 : Les fêtes à la Forain

  1. Bonjour Pauline,
    Tous mes voeux en cette nouvelle année, que je vous souhaite en particulier pleine de trouvailles généalogiques !

    Quel beau souvenir, et quel bel hommage à votre arrière-grand-père !

    Bien généalogiquement,
    Rémi

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Novembre-décembre 1915 : « Chambre à gaz  | «Canopée

  3. Ping : Janvier-février 1916 : Dans le brouillard de Wisembach | Canopée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s