Août 1915 : Anould, in memoriam

Après la bataille du Linge, le 120e BCP est mis au repos à Anould (dans les Vosges), où vivaient probablement à l’époque des cousins pas si éloignés (et peut-être même un arrière grand-père) du futur gendre (mon grand-père) non encore né de mon arrière grand-père Maurice Pernet, qui n’a pour l’heure que 19 ans, pas de femme, et pas d’enfant (et puis la bécane à Jules…). Bref… revenons au présent (enfin, au passé).

Après plusieurs jours de bataille et 30 kilomètres de marche de nuit (vivifiant), le bataillon arrive le 1er août 1915 à Anould où il défile devant son commandant (qui aurait versé quelques larmes). Dans l’après-midi, le général Maud’huy passe le bataillon en revue et décore plusieurs Poilus de la Croix de guerre.

Anould 1889Anould en 1889. Photographie de Sosthène Pector. Source : Gallica (BNF).
Mon arrière arrière grand-mère y était née neuf ans plus tôt.

Voici quelques exemples des citations effectuées :

  • le 1ère classe Paté : « S’est offert volontairement pour porter un renseignement à travers un terrain battu où son peloton venait de perdre 70% de son effectif. A parfaitement rempli sa mission.« 
  • le sergent Delpeuch : « A fait preuve du plus grand sang froid en pansant et ramenant sous une grêle de balle son chef de section blessé. A pris le commandement de la section et s’est signalé à maintes reprises. »
  • le 2ème classe Charles Georges : « Chasseur plein de courage. Arrivé un des premiers dans la tranchée ennemie, s’est employé avec la plus grande énergie au nettoyage de la tranchée en tuant 3 Allemands. »
  • le chasseur Salomon : « Son escouade manquant de pétards, a fait 200m en terrain découvert pour aller en chercher. S’est exposé nombre de fois en allant relever nombre de camarades blessés. »

Je ne peux pas l’affirmer avec certitude car je ne dispose que de leurs noms de famille, mais je pense que trois de ces quatre hommes (Paté, Delpeuch et Salomon) décéderont au cours du conflit.

Exemple de Croix de guerre (appartenant au colonel Brébant) – Wikipedia

De nombreuses autres citations auront lieu tout au cours du mois d’août 1915 (et même au-delà), nombre d’entre elles récompensant des soldats décédés au cours de la bataille du Linge, ou qui trouveront la mort moins d’un an plus tard au bois d’Haudromont, lors de la bataille de Verdun.

Parmi toutes ces citations, en voici une dernière, qui raconte l’aventure rocambolesque de l’adjudant Viriot : « Sous-officier remarquable d’ardeur et de calme. Grièvement blessé, est resté au combat et a rallié les débris d’une section privée de chef. Evacué dans une ambulance et y apprenant l’approche de l’ennemi, s’est enfui, a réussi à force d’audace à échapper à toutes les patrouilles allemandes lancées à sa poursuite et après une marche de 40 kilomètres a rejoint son Bataillon. » Il décédera le 25 septembre 1915 des suites de ses blessures. Il avait vingt ans.

Le 5 août, Maurice Pernet est promu première classe.

Notre-bataillon-le-120e-drapeauExtrait de Notre Bataillon le 120e Chasseurs !, Sergent-Major G. Raoul (Source : Gallica).

Le 17 août, le Drapeau des chasseurs (les chasseurs n’ont jamais eu qu’un seul drapeau, confié aux différents bataillons à tour de rôle) est présenté à la 5ème brigade, dont fait partie le 120e BCP. Il est confié au 115e BCP, qui le transmet le 19 août au 120e, qui le transmettra à son tour le 21 août au 106e.

Le 20 août, une messe solennelle est dite en l’église d’Anould pour les morts du bataillon, qui est sur le départ après avoir « refait le plein » des effectifs. Après un renfort de 191 hommes arrivés les 10 et 11 août, ce sont en effet 286 hommes qui viennent de rejoindre le bataillon.

Le 26, le bataillon part pour Rambervillers, à environ 40 kilomètres au nord-ouest d’Anould. Le bataillon fait d’abord étape à Laveline-devant-Bruyères, avant d’atteindre Rambervillers le 27 août 1915.


Précédent : Juillet 1915 : La bataille du Linge.
Suivant : Septembre 1915 : En passant par la Lorraine.

Publicités
Cet article a été publié dans Il y a cent ans : la première guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Août 1915 : Anould, in memoriam

  1. Ping : Juillet 1915 : La bataille du Linge | Canopée

  2. Le Linge, Arnould, le Drapeau des Chasseurs… c’est bizarre de retrouver tous ces éléments liés à l’histoire de mon arrière grand-père, Jean-François Borrat-Michaud qui, lui, était au 23ème BCP.
    http://murmuresdancetres.blogspot.fr/2015/08/centenaire1418-pas-pas-aout-1915.html
    Peut-être se sont-ils croisés lors d’un mouvement de troupe ou… ?
    Je suis curieuse de la suite du parcours.
    Mélanie – Murmures d’ancêtres

    Aimé par 1 personne

  3. Pauline dit :

    Bonjour Mélanie. Je me rappelle d’une précédente intervention à ce propos. Je ne sais pas ce qu’il en est pour la suite, mais de mémoire jusqu’à ce point ils ne se sont pas croisés, mais plutôt suivis, dans un sens ou dans l’autre, à quelques jours d’intervalle.

    J'aime

  4. Ping : Septembre 1915 : En passant par la Lorraine | Canopée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s