30 janvier 1915 : Théodule, non coupable de désertion

Théodule Arsène Delétant est né le 31 août 1893 à Malicorne, dans l’Yonne. Il est le fils de Sosthène Delétant et de Marie Louise Mancheron. A vingt ans, lors de son recensement, il exerce la profession de fumiste, c’est-à-dire qu’il installe et répare les conduits de cheminée. A vingt ans également, il épouse Thérèse Pernet, vingt ans moins quelques jours, mon arrière grande-tante. Nous sommes le 14 octobre 1893, à Gurgy. Vingt ans, en 1913, à la veille de la Grande guerre.

Fiche matricule - état civil- Théodule Arsène DelétantExtrait de la fiche matricule de Théodule Arsène Delétant

Théodule est un jeune homme d’un mètre soixante-dix, aux cheveux noirs et aux yeux bleus. A peine un mois après son mariage, le voilà qui part rejoindre le 89e régiment d’infanterie. Nous sommes le 26 novembre 1913. Et le 21 février 1914, Théodule est classé service auxiliaire. Il souffre en effet d’une « hernie inguinale bilatérale » et d’une « acuité visuelle faible ».

Mais voilà la guerre qui pointe le bout de son nez. Pour la commission spéciale de réforme de Sens, son hernie et sa myopie ne sont pas des raisons valables pour y échapper. Le 7 novembre 1914, il est classé dans le service armé.

Fiche matricule - antécédents judiciaires et condamnations - Théodule Arsène Delétant
Extrait de la fiche matricule de Théodule Arsène Delétant

Que s’est-il passé entre le 7 novembre 1914 et le 30 janvier 1915 ? Un retard en rentrant de permission ? S’est-il absenté quelques jours incognito ? A-t-il manqué le départ de son régiment ? Ou autre chose ? Mystère. Toujours est-il qu’en cette fin du mois de janvier, Théodule est acquitté. Il est reconnu non coupable de « désertion à l’intérieur en temps de guerre » par le conseil de guerre de la région d’Orléans.

Dès le lendemain, il est transféré au 131e régiment d’infanterie. Il n’y restera pas deux mois. Le 9 mars 1915, Théodule est gravement blessé. Il décède des suites de ses blessures dans un hôpital de Saint-Dizier, dans la Haute-Marne, le 28 mars 1915.

Mémoire des hommes - Théodule Arsène DelétantMémoire des hommes, Théodule Arsène Delétant

Théodule Arsène Delétant, jeune marié, un temps suspecté de désertion, mort pour la France, avait vingt-et-un ans.

Publicités
Cet article a été publié dans Il y a cent ans : la première guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s